BLOG

Blog de Marc. Informations, trouvailles et autres bidules sont au rendez-vous.

Photo au flash (1ere partie)

Les photos au flash sont souvent ratées car on ne comprend pas nécessairement son fonctionnement et certaines règles régissant la lumière. Le sujet est passablement vaste et je ferai donc une série de billets pour essayer de couvrir les points importants sans (trop) vous décourager.  Essayons donc de démystifier tout ça quelque peu.

Règles à connaître

Commençons par regarder quelques règles ou lois de physique qui nous aideront par la suite. Elles sont relativement simples et elles nous permettent de mieux comprendre comment réagit la lumière.

Loi du carré inverse

L'intensité lumineuse est régie par la loi de physique du carré inverse. Celle-ci dist que l'intensité lumineuse est inversement proportionnelle au carré de la distance de la source. En gros, pour nous photographes, ça signifie que l'intensité lumineuse diminue du quart à chaque fois qu'on double la distance entre la source lumineuse et le sujet. Par exemple, je place ma source lumineuse à 1m du sujet et mon exposition est correcte à f/11. Si je la place maintenant à 2m, l'exposition correcte sera à f/5,6 si les autres paramètres ne changent pas (chaque cran d'ouverture double la lumière se rendant au capteur, je devrai donc ouvrir de 2 crans pour compenser la perte d'intensité lumineuse).

Puissance vs Distance

Loi de réflexion

Pour une surface totalement lisse, l'angle de réflexion de la lumière sera le même que l'angle d'incidence. C'est à dire que si vous pointez une source lumineuse à 45° sur une surface, elle sera réfléchie à 45°. Si la surface n'est pas lisse, une partie de la lumière sera quand même réfléchie avec le même angle, mais une autre partie sera réfléchie à différents angles. On parlera de réflexion diffuse.

Dureté de la lumière

La dureté de la lumière fait référence au contraste du bord de l'ombre projetée: un bord bien net et défini est dur, un bord plus diffus est doux. Plus la source lumineuse est petite et éloignée en relation au sujet, plus la lumière sera dure (contraste très élevé: ombres avec des bords très nets, peu de transition entre la portion éclairée et les ombres). Au contraire, plus la surface lumineuse est grande et rapprochée en relation au sujet, plus la lumière sera douce, ou diffuse (contraste très faible: ombres avec des bords plus diffus, très longue transition entre la portion éclairée et les ombres). Prenez le soleil en exemple: il est énorme, mais il est tellement loin qu'il est considéré une petite source lumineuse. Ajoutez une couverture nuageuse et la source lumineuse devient énorme, beaucoup plus près de nous et sera très diffuse. 

Contrôle de la lumière du flash

Si l'exposition de la photo en lumière ambiante est contrôlée par la vitesse d'obturation, l'ouverture et sensibilité du capteur, celle au flash est contrôlée par les deux derniers paramètres: l'ouverture et la sensibilité (la vitesse d'obturation servira à laisser entrer la lumière ambiante et j'en parlerai dans un autre billet). Si vous voulez exclure la lumière ambiante de votre photo et n'utiliser que le flash, vous devrez utiliser une vitesse d'obturation assez élevée. Le hic, c'est que l'appareil possède une vitesse flash synchro qui est la vitesse maximale permettant d'utiliser un flash. Certains appareils et flashs peuvent être utilisés à des vitesses supérieures avec la synchro haute-vitesse (hi-speed sync), mais je n'en parlerai pas dans ce billet. Si on excède la vitesse de flash synchro, il y a de très grandes chances que vous voyiez apparaître une barre noire, plus ou moins importante, dans le bas de la photo. Ce phénomène est causé par le deuxième rideau qui se ferme alors que le flash se déclenche. Plus la vitesse d'obturation est élevée, plus la barre, ou la portion noire, sera importante. Il faut donc faire attention à ne pas excéder la vitesse de flash synchro. Chaque appareil est différent et vous devrez lire votre manuel pour connaître la vitesse du vôtre (on ne s'en sort pas!).

Défauts du flash intégré à l'appareil

Le flash intégré à l'appareil a deux défauts importants selon moi: il très petit et il est très près de l'axe de prise de vue. Le premier défaut fait en sorte que la lumière sera toujours dure et ne sera pas flatteuse pour votre sujet (en plus de faire une ombre qui n'est pas toujours désirée derrière le sujet). Le second défaut concerne les photos avec des gens et causera les fameux yeux rouges. Habituellement, le flash est utilisé pour compenser un manque de lumière ambiante. Ceci signifie qu'il y a des bonnes chances que votre sujet ait les pupilles dilatées. La très courte durée de l'éclair du flash ne laisse pas la chance aux pupilles de se contracter et la lumière ira dans l'oeil et réfléchira sur la rétine au fond de celui-ci. La rétine est gorgée de sang et c'est ce qui cause les yeux rouges. Si le flash n'était pas dans l'axe de l'objectif, il n'y aurait pas cet effet.

Utilisation du flash intégré

Idéalement, ce flash ne servirait qu'à déboucher les ombres et non pas à être la lumière principale. Pour réussir ceci, il faut ajuster l'exposition pour qu'elle soit presque correcte et se servir du flash en lumière d'appoint. Et à moins de convertir l'image en noir et blanc, le mélange des couleurs de lumière (billet à suivre) fera en sorte qu'on verra tout de suite que la photo a été prise au flash, alors que l'effet devrait être discret et passer inaperçu. On retrouve sur le marché des ajouts qui permettent d'agrandir la surface de lumière, ce qui peut dépanner lorsqu'on est mal pris ou qu'on n'a pas les moyens d'investir dans un flash externe.

Conclusion

Ce premier billet sur la série sur la photo au flash se voulait la fondation sur laquelle je continuerai de bâtir. Il saut se rappeler:

  • L'angle de réflexion est égal à l'angle d'incidence sur une surface parfaitement lisse
  • L'intensité lumineuse diminue du quart lorsque je double la distance entre la source lumineuse et le sujet
  • Plus la source lumineuse est petite proportionnellement au sujet, plus elle sera dure
  • L'exposition de la lumière au flash est contrôlée par l'ouverture de l'objectif et la sensibilité du capteur
  • Il faut respecter la vitesse de synchro du flash de l'appareil
  • On devrait restreindre l'utilisation du flash intégré à une lumière d'appoint

Dans le prochain billet, je parlerai des modes automatiques et manuels des flashs et de la mesure de la lumière.

En attendant, sortez vos appareils et expérimentez!